Témoignage: Show sexy – La vie secrète de cam girl

La vie secrète de cam girl de Melanie, une française de Bordeaux

Alors que ses parents regardent la télévision dans leur salon, Melanie – 26 ans, de Bordeaux, en France – se déshabille et charge 2 euro la minute pour montrer son corps dans l’intimité de sa chambre. Ses parents pensent que leur fille est au chômage depuis près deux ans, après avoir perdu son travail de secrétaire dans une entreprise qui a fait faillite. Pour justifier ses revenus, elle dit vendre une marque de sous-vêtements féminins sur internet. Mais alors qu’elle ferme la porte de sa chambre à clé, elle se tourne vers son écran d’ordinateur et le site de sexe qui l’emploie. Elle est désormais devenue l’une des stars de la webcam érotique spontanée en France. Beaucoup la considèrent comme leur petite amie virtuelle. La vie cachée de Mélanie obsède beaucoup de ses fans qui ne l’ont jamais rencontrée sinon de l’autre côté de l’écran à cristaux liquides. Son Show sexy sur webcam dure généralement quatre heures par jour du lundi au vendredi et rapporte environ 2 000 euros par mois. Elle fait habituellement ce qu’on lui demande devant la webcam, exceptée une folie étrange que lui a demandé un « pervers », il voulait la voir s’enfoncer sa chaussure dans le cul à la place du good.

Show Sexy de Cam Girl
Show Sexy de Cam Girl

Témoignage de Melanie sur sa vie de cam girl

Je suis maintenant une cam girl depuis plusieurs mois. Je passe des heures à parler en ligne à des hommes dont je réalise les fantasmes sexuels ; je me déshabille, me masturbe et m’enfonce des sex toys dans les orifices. La nuit de mon premier spectacle, je parcours ma chambre, nettoie, vérifie l’aspect de la lumière, décide où et comment m’asseoir et détermine ce que je dois porter. J’essaie d’installer ma chambre comme je l’ai vu dans les émissions d’autres filles. Je m’habille, je coiffe mes cheveux, pointe mes lampes et me maquille en conservant la lèvre rouge pour une action en direct sur cam. Je deviens Ariel dans mon personnage. Mon cœur commence à battre d’excitation et de nervosité. J’active de la musique optimiste et je passe en direct, fixant mes téléspectateurs. Le spectacle commence. Les compliments volent en même temps que je me déshabille. Big dick aime mes cheveux. Rambo 6, lui, admirent mes fesses. Starski apprécie mes seins pointus… C’était grisant. Des questions commencent à arriver :

« Êtes-vous une petite vierge serrée? ». « Non, sûrement pas. ». « Oh. C’est dommage. J’aime les vierges. Je m’imagine brouter leur verger. »

Un autre spectateur demande une action sur le ballon d’exercice bleu, à l’arrière-plan de mon cadre. Ce ballon d’exercice semble exercer un pouvoir étrange sur mes téléspectateurs, même lorsque je leur explique qu’il n’est pas possible de rester en équilibre dessus tout en se masturbant. Certains disent pouvoir me « culbuter » et me courber pour m’y « faire rebondir ». Jusqu’à maintenant, seul mon sex friend a réussi à me baiser dessus.

Je ne pouvais pas les décevoir. Je bougeais mes seins et pinçait les tétons. Ils veulent tous la même pose, le même flash, la même réponse à la même question : « Vous aimez la sodomie ? » Je me masturbe alors avec mon vibromasseur préféré face à la caméra web. Ils regardent, les yeux fixes, retenant leur souffle. Après une certaine concentration, des manœuvres et des caresses, j’ai enfin l’orgasme, rejoint par des centaines de téléspectateurs au sexe gonflé à bloc. Je me sentais accomplie, pleine de satisfaction.

Melanie ou Ariel, la cam girl, devient une déesse du sexe

Je possède plusieurs tenues et plusieurs jouets que j’utilise lors de shows privés sexy. Un gars a tendance à passer en moyenne une heure en conversation privée et nous parlons de tout ce qu’il aimerait me faire. J’ai parlé à des hommes qui pensent qu’il est normal d’être extrêmement exigeant, impoli et agressif. Je les écoute, et puis, pour le dire grossièrement, je joue ce qu’ils me disent de faire. Je suis interprète. Mon travail consiste à offrir une expérience virtuelle sensuelle à mes interlocuteurs. Je veux que la personne qui se connecte avec moi se sente comme si elle était dans la pièce. Je passe plusieurs heures à répondre aux appels de différentes personnes ayant des désirs divers. Certains me disent nerveuse, sexy et séduisante ; d’autres me confie que je suis plutôt pétillante et qu’ils adorent baver sur leur canapé en me regardant.

Connu au début sous le nom d’Ariel la « Sex Fiend ». J’ai découvert une sorte de dépendance à l’attention que je recevais lorsque je devenais une déesse du sexe pour ces hommes. Ma valeur, au sens littéral et financier, était basée sur ma beauté et mes prouesses. À quel point j’étais disposée à montrer mon corps, à quel point j’étais prête à être vulgaire, et à quel point je pouvais attirer l’attention des autres. Les fans qui pensent que j’étais leur petite amie Internet souhaitent tous se démarquer et faire connaissance avec la vraie Ariel. Ils partagent le désir ardent de me montrer des photos de leur pénis. Ils les envoient comme si leur vie en dépendait. Les images arrivent parfois à la douzaine. Certains clients ont créé une dépendance incroyable, ils deviennent si accros que vous vous sentez comme une machine à sous.